Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 12:39

Bonjour à tous,

Je vous transmets un courriel de Claire Polin, de SOS éducation et vous en laisse découvrir le contenu, C'est consternant !

Un grand merci à Claire Polin pour son implication !

Cependant, n'oublions pas que l'éducation continue dans les foyers. Mes enfants ne sont plus en âge scolaire et je m'aperçois qu'ils sont forts de ce qu'ils ont appris en dehors de l'école. Il est important de rendre nos enfants curieux de tout et d'alimenter leur curiosité, y compris sur les sujets les plus "extravagants". Important d'aborder tous les sujets avec eux, d'avoir des conversations profondes dès le plus jeune âge sans oublier la dérision... Leur expliquer le fonctionnement politique et social du pays où ils vivent, sans pour autant trop les imprégner de vos idées propres (exercice assez difficile).

anecdote : C'est le début des années 80, ma fille cadette a 7 ans. Notre voisin, prof de français nous rend une petite visite et est intrigué par qu'il voit et entend. Notre fille, très confortablement "vautrée" dans un gros fauteuil, chantant et riant en même temps qu'elle suit les paroles des chansons de Bobby Lapointe dernière la pochette du 33 tours.

Je montre alors au voisin prof que Bobby Lapointe côtoie Gotainer, Brassens, le Requiem de Mozart et Gershwin, sans oublier les fabulettes de Anne Sylvestre.

Notre ami prof a convenu que l'apprentissage de la langue française peut se faire aussi par ce véhicule.
Pour la lecture, idem !  Mon petit dernier, né en 90 étonne très souvent les plus anciens en citant certaines phrases cultes tirées de « Signé Furax ». Comme pour la musique, éclectisme total en lecture.

Magda


Chère amie, cher ami,

Je viens de passer la journée avec une équipe de jeunes professeurs membres de SOS Éducation à examiner les nouveaux manuels scolaires que les éditeurs envoient à tour de bras aux établissements pour répondre à la réforme des programmes scolaires.

C'est l'horreur. Je crois que jamais, au grand jamais, je n'avais vu une telle salade pédagogiste et des propositions d'exercices aussi consternantes.

Songez qu'on propose désormais aux élèves, en français, d'écrire du rap ou de répondre à des SMS de rupture : ‘’Cc c mwa, jcroi kon devré fer 1 brek’’. On leur demande en mathématique de compter des smileys et des "émoticônes". En physique, on les invite à s'intéresser à l'intensité du courant qui a électrocuté Claude François dans sa baignoire. Etc., etc.

La subversion idéologique est bien sûr partout sournoisement diffusée : ainsi, un manuel de 4ème propose un exercice de rédaction invitant à critiquer son enseignant en "contournant [sa] censure"... que recherche-t-on ainsi, sinon saper l'autorité et le prestige des professeurs ?

Les funestes "EPI" (Enseignements Pratiques Interdiciplinaires) ont fait leur apparition dans la quasi-totalité des ouvrages que j'ai parcourus. On y mélange tout et n'importe quoi, la progression est complètement atomisée, déstructurée... franchement, je plaignais de tout mon cœur ces jeunes enseignants qui se demandaient comment il allaient bien pouvoir faire cours avec ces manuels !

Mais le pire, c'est en histoire-géographie.

Comme on pouvait s'y attendre, la plupart des nouveaux manuels font quasiment l'impasse sur les pages glorieuses de l'histoire de France, pour s'attarder des chapitres entiers sur la culpabilisation mémorielle et la repentance. Pour eux, c'est simple : l'histoire de France, c'est l'esclavagisme au XVIIIème siècle, la colonisation au XIXème, et la collaboration au XXème.

Dans mon vieux Manuel Malet et Isaac, Louis XIV avait droit à presque 100 pages. Maintenant il n'en a plus que... 4 ! Et cela pour expliquer qu'il a ruiné le royaume !

Et certains éditeurs vont jusqu'à faire l'apologie de la ministre Najat Vallaud-Belkacem et de sa réforme du collège, en reproduisant la Une du quotidien socialiste Libération !

Heureusement, il y a quand même quelques bonnes surprises. Le manuel Terre des Lettres, par exemple, qui en français conserve un bon niveau d'exigence sans sacrifier à la mode du tout-pédago. Et en histoire, il y a bien sûr... le Nouveau Manuel d'Histoire publié par la Fondation Aristote avec La Martinière, et coordonné par l'historien Dimitri Casali, avec une belle préface d'un ancien ministre de l'éducation.

Ce manuel d'histoire qui couvre tout le niveau cycle 4 (5ème-4ème-3ème) est vraiment une bouée de sauvetage lancée aux professeurs en perdition dans la réforme du collège. Il présente une approche chronologique, qui tient compte du programme, mais qui complète aussi ses lacunes. Les illustrations sont splendides, les textes bien écrits, et surtout équilibrés dans leur perspective sur les événements historiques. Je viens de découvrir qu'un spécimen est intégralement consultable en ligne, et je vous invite vraiment à prendre le temps de le parcourir en cliquant sur cette image :

 

Comme vous le voyez, dans ce manuel, pas d'approche thématique éclatée, pas d'EPI, pas de jugements anachroniques sur les pages sombres du passé : mais des leçons solides, une maquette claire, et quelques exercices ludiques pour intéresser les élèves.

Si vous connaissez des professeurs d'histoire, il faut absolument leur faire connaître cet ouvrage ! Transférez-leur ce message sans plus attendre.

Une jeune enseignante enthousiasmée par cet ouvrage m'a confié : "Je crois que ce manuel d'histoire va devenir le symbole de la résistance à la réforme du collège..."

Si vous partagez cet avis, n'hésitez pas à transférer ce mail !

Avec toutes mes meilleures pensées,

Claire Polin
Présidente de SOS Éducation

Claire Polin de SOS Éducation <contact@e.soseducation.org>

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:14

Réseau pour l’école de la vie, réseau des écoles alternatives (inscription en bas de page)

Vous vous sentez sûrement isolé dans votre/vos démarches d’ouverture d’école ou tout simplement dans votre désir profond de vouloir faire avancer les choses pour l’éducation de nos enfants. Tout seul, on va plus vite; Ensemble, on va plus loin ! 

Nous constituons donc un réseau des écoles alternatives qui a pour vocation de fédérer et de rassembler tous les acteurs impliqués (directeurs d’établissements, enseignants, porteurs de projets et plus largement toutes personnes apportant de nouvelles perspectives dans le domaine de l’éducation) pour faire changer les choses et apporter des solutions alternatives.

Nous avons crée un FICHIER EN PARTAGE ICI sur lequel vous pouvez vous inscrire directement et une CARTE SUR GOOGLE MAP pour se trouver plus facilement.

Vous le savez sûrement, nous sommes reconnus depuis 12 ans pour être fédérateur et innovant dans les domaines du bien-être et du développement personnel mais aussi dans le domaine des voyages bien-être et éco-responsables. Les réseaux Neo-bienêtre et Neorizons touchent maintenant plus de 200 000 personnes tous les jours à travers le monde.

Vous êtes nombreuses et nombreux à vouloir apporter des solutions alternatives pour l’éducation de nos enfants, être en pleine réflexion ou depuis de nombreuses années, à avoir crée une école alternative dans votre département/région et aussi à nous écrire pour participer à notre projet d’ouverture d’une école de la vie.

Nous organisons des rencontres tous les 3 mois dans 17 villes auprès desquelles vous avez la possibilité de participer afin de nous rencontrer et de faire avancer les choses ensemble.

Nous organisons également un festival pour l’école de la vie tous les ans à Montpellier et à Paris fédérant des acteurs de la France entière sur 3 jours. Prochaine date du 23 au 25 septembre 2016 à Montpellier.

2ÈME FESTIVAL POUR L’ÉCOLE DE LA VIE  DU 23 AU 25 SEPTEMBRE 2016 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER (10MIN À PIED DU TRAM ODYSSEUM) 

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 14:02

 

Enfin un discours étayé et intelligent sans aucun parti pris partisan.

on y voit clair !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 13:01

 

Bonjour à tous,

voici un film a voir en famille qui retrace les débuts de Célestin Freinet, instituteur humaniste et génial. Mais, nous le savons bien, ce sont deux particularités qui dérangent et Monsieur Freinet fut très controversé et fortement inquiété durant sa vie. Sa détermination, son intelligence éclairée ont permis à de nombreux enfants  d'épanouir leurs talents. La méthode qu'il mit en place fut suivie en France par nombre de ses collègues instituteurs. Ils se réunissaient, correspondaient entre eux afin débattre sur leurs avancées, leurs échercs. La pédagogie Freinet est présente dans de nombreux pays dans le monde et reprend du terrain après avoir été passée sous silence de nombreuses décennies.

 

Ce serait une bonne idée de regarder ce film avec vos enfants pendant les vacances scolaires - puis d'en débattre ensemble - ce film est en même temps une très belle étude de la société (qui n'a pas changé) et chacun peut y trouver une source d'inspiration.

Bon film !

 

Magda Rita


 

Magda Rita

 

 

 

Cate des écoles s'inspirant de la pédagogie Freinet dans le monde

 

images-copie-3.jpg

 

 

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 21:51

 

 

Le petit maître

Le petit maitre

Publié le 13/05/2014
par Alain Delacour
Je suis l’auteur d’un livre intitulé Le petit maître qui raconte l’histoire d’une rencontre et d’une amitié entre un écrivain public et un client plutôt inhabituel : un garçon de huit ans. Cet enfant lui demande de l’aider à écrire un livre parce que, affirme-t-il avec aplomb, il a « beaucoup de choses à apprendre aux grandes personnes ». Et en effet, à travers des entretiens téléphoniques hebdomadaires, l’enfant va témoigner des pratiques pédagogiques de sa maîtresse qui rendent les élèves heureux et livrer aux parents et aux enseignants des clés pour mieux comprendre les enfants, notamment ceux qui ont des comportements déroutants voire dérangeants. Le petit garçon profite également de la parole qui lui est donnée pour se faire l’écho des reproches que la plupart des enfants font aux parents en particulier et aux grandes personnes en général.
Vidéo de présentation du Petit Maître
Découvrir la table des matières
Découvrir un extrait
Le livre joue sur deux paradoxes : non seulement c’est l’enfant qui apprend des choses à l’adulte mais il fait également preuve d’une grande maturité et d’une grande sagesse pour son jeune âge, ce qui est loin d’être le cas chez beaucoup d’adultes. D’où le surnom de « petit maître » que l’écrivain public donne affectueusement à son jeune interlocuteur.
Mes enfants sont grands aujourd’hui (la plus jeune a 18 ans) mais très tôt, en apprenant le métier de parent, j’ai compris qu’ils n’étaient pas mes enfants « par hasard » et que j’avais beaucoup à apprendre d’eux. Ils m’ont appris des choses sur moi-même et sur ma relation aux autres, bien sûr, mais ont également fait évoluer ma vision de l’éducation, et d’une manière plus large ma vision de la vie. Ce livre est une façon de témoigner ma reconnaissance aux enfants, les miens et tous les autres, pour le formidable rôle d’éducateur qu’ils jouent envers les adultes prêts à s’ouvrir à cette réalité. Il m’a semblé qu’un bon moyen pour cela était, à travers le jeune héros du livre, de laisser la parole aux enfants sur un sujet qui les concerne au premier chef mais sur lequel on ne les laisse pour ainsi dire jamais s’exprimer : leur éducation.
Il se trouve que le narrateur du livre est écrivain public et que je suis moi-même écrivain public. Pour autant, mon petit héros est un personnage de fiction : il est né de mes rencontres et de mes échanges avec des enfants, des parents, des enseignants, des psychologues pour enfants mais aussi de mes lectures sur les thèmes liés à l’éducation.
En écrivant ce livre, j’ai voulu aborder de manière légère et attractive le sujet que je considère essentiel de l’éducation des enfants. Au-delà du plaisir de lecture qu’il procurera, je l’espère, à ses lecteurs, mon plus grand souhait est qu’à travers les discussions et les réflexions qu’il suscitera, il apporte sa pierre au renouveau éducatif tant nécessaire. Et je serais encore plus heureux s’il encourageait des échanges entre enfants et adultes à propos d’éducation.
Et d’ailleurs à la fin du livre, pour amorcer ce dialogue, j’invite les jeunes lecteurs du Petit Maître à me parler d’eux, de ce qu’ils aiment ou n’aiment pas à l’école et chez les grandes personnes, de ce qui les rend heureux ou malheureux. J’ai créé l’adresse petitmaitre@orange.fr à cette intention et ne manquerai pas de me faire l’écho de leurs contributions sur la page Facebook du Petit Maitre
Alain Delacour
Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 20:08

Chers parents, si souvent préoccupés par votre vie trépidente, soyez attentifs au contenu des livres scolaires de vos enfants !

La jeune Coralie Desève (12ans) s'insurge avec raison.

Magda

 

Publié le 24 Novembre 2014

«Je ne peux pas croire que c'est dans des livres scolaires. Les enfants les lisent et pensent que c'est vrai», s'indigne Coralie Desève.

«Je ne peux pas croire que c'est dans des livres scolaires. Les enfants les lisent et pensent que c'est vrai», s'indigne Coralie Desève.


Coralie Desève, 12 ans, a été choquée de lire des textes en faveur des aliments contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans ses manuels scolaires. Grâce aux OGM, on n'aura à l'avenir «plus besoin de se servir de pesticides polluants», lit-on dans le manuel Cyclades, approuvé par le ministère de l'Éducation (MELS).

{C}

«Nutritifs et résistants, les fruits et légumes seront, dit-on, encore plus savoureux», précise le texte destiné aux élèves de 6e année. «Les pommes n'auront plus de pépins, les fraises seront plus sucrées et plus juteuses et les poires se conserveront plus longtemps. On prévoit aussi intégrer des médicaments et des vaccins dans les aliments.»

Coralie a aussi sursauté en lisant son cahier d'exercices de français. Un passage du cahier Vingt mille mots sous les mers précise que les risques liés à la consommation de petites quantités de pesticides ne sont pas importants et qu'aucune étude ne démontre que les OGM sont nocifs.

«Je suis en désaccord avec ça, a dit la jeune fille, qui consomme des aliments biologiques. Je ne peux pas croire que c'est dans des livres scolaires. Les enfants les lisent et pensent que c'est vrai.»

 

«C'est surréaliste, a ajouté Jérôme Plante, beau-père de Coralie et directeur général du distributeur d'aliments biologiques Le Jardin des Anges. C'est de la publicité pour les OGM, qui sont des possessions d'entreprises privées.»


«Prospective scientifique»

Il s'agit plutôt de «prospective scientifique formulée pour des enfants d'âge scolaire», selon Jean Bouchard, directeur général du Groupe Modulo, éditeur de Cyclades. Dans le passage dénoncé par la jeune élève, M. Bouchard ne voit pas «quelque chose qui fasse la promotion des OGM, de l'utilisation des pesticides ou un texte à l'encontre de l'agriculture biologique».

C'est «parce que ça s'inscrit dans une thématique à propos du futur» que le ministère de l'Éducation a approuvé le passage du manuel Cyclades, a expliqué Esther Chouinard, porte-parole du MELS. «C'est pour que l'élève puisse réagir au progrès», a-t-elle ajouté.


De faux bienfaits

Stéphanie Côté, nutritionniste d'Extenso, centre de référence en nutrition de l'Université de Montréal, a lu les deux extraits. Le texte du manuel Cyclades «a une forte tendance pro-OGM», a-t-elle analysé. «Je ne sais pas à quel point c'est futuriste ou une lubie, mais à l'heure actuelle, c'est faux d'attribuer autant de bienfaits aux OGM.»

Quant au cahier d'exercices, qui n'est pas approuvé par le MELS, «il banalise peut-être en effet l'utilisation des pesticides, a observé Mme Côté. À long terme, on ne connaît pas toutes les conséquences que peut avoir l'ingestion de résidus de pesticides. Il ne faut pas prendre cette question à la légère. Avec ce sujet, il y a place à la nuance, ce qui n'est pas le cas du texte en question». Les éditions CEC n'ont pas rappelé La Presse.

 

Extrait du cahier controversé

Extrait du cahier Vingt mille mots sous les mers, publié par les éditions CEC pour élèves de 6e année du primaire:

De fausses idées à propos des fruits et légumes

«Les fruits et les légumes contiennent-ils des pesticides nocifs pour la santé? Des études sérieuses démontrent que les bienfaits associés à la consommation de fruits et légumes sont réels. Il est également prouvé que les risques liés à la consommation de petites quantités de pesticides sont de loin inférieurs aux nombreux bienfaits que procure une alimentation riche en fruits et légumes. Tout un soulagement! Il existe sur le marché des espèces alimentaires génétiquement modifiées, mais aucune étude ne démontre qu'elles sont nocives.»

 
 
Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 23:34

Bien difficile de rester indifférent en lisant cette nouvelle !!!

6 sur 20, c'est la note qu'ont obtenue certains professeurs recrutés aux concours. Et Najat Vallaud-Belkacem veut les multiplier...

 

La ministre de l'Éducation nationale vient d'annoncer, à l'occasion d'une visite à Bondy, la création de 500 postes d'enseignants supplémentaires en Seine-Saint-Denis d'ici 2017. Elle se félicite aussi de leur accroissement à l'échelon national : plus de 11 000 en 2015 contre 8 000 en 2014 pour le primaire, et 2 000 de plus pour le secondaire. Cette politique est présentée comme la panacée pour remédier aux échecs de l'école.


Ce dont la ministre évite soigneusement de parler, c'est du niveau des professeurs recrutés. Pour l'école élémentaire, certains ont été reçus avec des moyennes de 5 à 6 sur 20. Au collège et au lycée, ce n'est pas mieux. Les rapports de jury de Capes (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré) pour l'année 2014, qu'ils adoptent la langue de bois ou, au contraire, un discours de vérité, montrent que les exigences du ministère sont assez éloignées des critères d'excellence.

7 sur 20 en français et en maths !

En lettres modernes, la barre d'admission (la note du dernier admis) s'élève à 7 sur 20. Avec une note équivalente, un candidat au baccalauréat serait recalé à l'issue de l'oral... Le niveau de la "barre", dans cette matière, ne cesse de baisser : 9 en 2010, 7,5 en 2011, 7,25 en 2012, 7,15 en 2013. En maths, c'est un peu mieux, si l'on ose dire, avec 7,8 sur 20. Les sciences de la vie et de la terre ne recrutent pas à moins de 8 sur 20, et la philosophie exige 8,6 sur 20. Seule l'histoire-géographie s'approche de la moyenne avec 9,42 sur 20. Mais le plus extraordinaire, c'est que le jury de ce concours se félicite d'une si belle performance. Du coup, au vu du "vivier important de candidats", le ministère décide de recevoir tous ceux qui ont obtenu plus de 7,75 sur 20. Il eût été dommage de se priver de telles compétences !

Le seul, finalement, qui n'emploie pas la langue de bois, c'est Olivier Grenouilleau, le président du jury de l'autre concours d'histoire-géographie, réservé aux professeurs contractuels : "Le jury, écrit-il, a pu observer des lacunes graves et inquiétantes chez certains candidats qui ont déjà en charge des élèves. Les connaissances scientifiques de certains sont si minces qu'elles rendent difficile, voire impossible, toute réflexion didactique ou pédagogique." Il ne reste plus qu'une solution à Najat Vallaud-Belkacem : supprimer, aussi, les notes aux concours de recrutement des enseignants.

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 16:39

Bonjour,

je vous invite à écouter cette vidéo (pour les anglophones) - mais très facile à comprendre même si votre anglais n'est pas parfait. Le discours de l'orateur emplira votre coeur d'espoir. Bien entendu il y est question d'éducation. Ce qui est bon pour l'Afrique me semble ô combien necessaire pour nos pays soit disant évolués.

Magda

 

http://us1.campaign-archive1.com/?u=07487d1456302a286cf9c4ccc&id=0ad7315570&e=7c99d95418

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 03:53

 

Bonjour,
Ils remettent ça ! le ZIZI SEXUEL revient à Paris après y avoir fait ses débuts en 2007.
Ce qui m'étonne, c'est que ça fait 7 ans que l'expo tourne en Europe et en France...Elle a démarré à Paris en 2007 et revient à Paris... pour une expo temporaire comme ils disent... une expo. de 10 mois !!!!

 Du 14 octobre 2014 au 2 août 2015 à la cité des Sciences

Je n'en avais jamais entendu parler jusqu'à le lettre de A.Blondel (ci-dessous). Et ce qui m'étonne encore plus - c'est que ce fut un succès !
Au total, l'expo "Zizi sexuel" a été vue par un demi-million de personnes en France et en Europe.
Ai-je pris un coup de vieux - ai-je loupé une marche ?
faites-vous une idée en faisant des recherches sur le net et dites moi ce que vous en pensez.
En tout cas, j'ai signé la pétition.
http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/expos-temporaires/zizi-sexuel/
Magda

 

 

Chers amis,

Dans les semaines qui viennent, des milliers d'élèves vont être emmenés par leur école à l'exposition du « Zizi sexuel », à la Cité des Sciences à Paris.

Cette exposition, qui présente de multiples scènes de coït explicites, s'adresse aux enfants dès 8-9 ans sous prétexte que « les ados sont taraudés par le sexe ».


Vous avez peut-être comme moi un enfant de 9 ans dans votre entourage. Franchement, avez-vous l'impression qu'il soit déjà « ado » et « taraudé par le sexe » ?

Si c'est le cas, et que vous voulez l'encourager, alors ne signez surtout pas cette pétition.

Mais ma nièce, elle, joue à la corde à sauter avec ses copines, dessine des princesses, fait du vélo, joue à l'élastique, à chat, et à la marelle (oui, certains jeux sont indémodables). D'accord, elle a aussi une console de jeux.

Quand même… où donc vont-ils trouver ces enfants de 9 ans « taraudés par le sexe » ?

Et pourtant des milliers d'élèves vont encore être amenés par leurs professeurs des écoles à cette exposition du « Zizi sexuel », avec la bénédiction du ministère !

Mais dans quel but ? Pour leur apprendre quoi ?


• Dans cette exposition, les enfants sont invités à appuyer sur une pédale pour provoquer l'érection, puis l'éjaculation d'un mannequin.


• Ils doivent manipuler la langue de deux marionnettes grandeur nature pour apprendre « à se rouler une pelle ».


• On les fait se coucher sur le lit d'une chambre conjugale pour visionner des scènes d'amour.

• Dans une salle où il est interdit aux adultes d'entrer, on leur fait mettre des écouteurs pour entendre des propos sur la masturbation et l'homosexualité, que je vous laisse imaginer.


L'Éducation nationale, qui a participé à l'organisation en tant que « conseil », apporte également l'essentiel des recettes financières de cette exposition (qui est, par le fait même, un « succès ») en y envoyant des milliers de classes, le plus souvent à l'insu des parents.


C'est pourquoi SOS Éducation lance aujourd'hui une grande pétition : Non au "Zizi sexuel" ! Ne bâclons pas l'éducation sexuelle de nos enfants !

Nous voulons que les parents soient systématiquement informés du contenu précis de cette exposition, et que l'école ne l'impose pas à nos enfants.

Pour signer cette pétition, cliquez ici.

L'itinéraire de visite, disponible sur le site officiel, donne le ton : Titeuf amène son père qui « croit encore que c'est les cigognes qui apportent les bébés ».

Le trait d'humour aurait pu faire sourire. Et le personnage de Titeuf est en effet très séduisant pour les enfants. Mais le dessin est à l'image du reste : débilisé et passif, le parent laisse l'enfant prendre l'initiative et faire ses propres expériences seul.

À travers ce parcours, les parents sont dévalorisés ou tenus à l'écart, comme par exemple dans ce « coin des pré-ados (interdit aux adultes) »… où des adultes peuvent parler de sexualité - toujours avec humour pour que l'enfant soit plus réceptif, sans le regard de ses parents.

On y apprend notamment que l'idéal des jeunes filles est d'avoir de gros seins, quitte à faire semblant. Le ton de l'humour et l'usage du dessin permettent d'évacuer la question de fond (de l'image de soi, du regard des autres), et de laisser l'image d'une femme fièrement siliconée sous un bikini aux couleurs des USA.

Non seulement on implique les enfants dans des pratiques qui n'ont rien à voir avec leur propre vécu, en leur instillant des images de pseudo-libération sexuelle, d'un autre âge, par une manipulation évidente...
mais en plus, on insinue que les parents n'ont rien à dire, en coupant les enfants des repères familiaux essentiels pour se structurer.

Si vous avez peur de réagir, de passer pour coincé, si vous trouvez normal de catapulter des enfants de 8-9 ans dans une sexualité d'adulte, au flirt et à la mécanique sexuelle, fermez ce mail.

Mais si vous êtes choqués comme nous par ce « succès » fabriqué, alors signez la pétition Non au "Zizi sexuel" ! Ne bâclons pas l'éducation sexuelle de nos enfants ! et transmettez ce mail à tout votre carnet d'adresses.

Il faut absolument que nous soyons le plus grand nombre possible à protester.
Merci infiniment, par avance, de tout ce que vous pourrez faire pour les enfants.

Antoine Blondel
Responsable de la relation Parents-Professeurs
SOS Éducation

P.S. Dans la brochure qui leur sert de manuel pendant le parcours, les enfants ont pour images des relations amoureuses des images violentes (toujours sous couvert d'humour) ou explicitement sexuelles. Dans le document remis aux enseignants (disponible sur Internet), on va même jusqu'à avancer que la « pornographie ne perturbera pas leur comportement, leur vie sexuelle plus tard » !

Signez la pétition pour exiger que les parents soient vraiment informés et puissent décider eux-mêmes si leurs enfants doivent aller voir cette exposition.



Antoine Blondel
Responsable des relations parents - professeurs
SOS Éducation

 

 


 
 

 

 









   
Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 19:39
Il était une fois...... LES ABEILLES VERTES.....
 
 
Un jour, l'une de nous eut l'idée de lancer le verbe sur un sujet qui lui causait interrogations et colère, l'ECOLE.
D'autres, qui partageaient son point de vue, ont aussitôt répondu à l'appel.
C'est ainsi qu'un groupe s'est formé, portant le même idéal.
Créer de belles écoles pour que les enfants puissent y éclore avec bonheur.
Et comme toutes ont le goût du ménage bien fait, elles décidèrent qu'il fallait dépoussiérer  à grands coups de torchon les étagères de l'Education Nationale.
Fini, les horaires hallucinants les fesses clouées sur une chaise !
 Fini, les devoirs à faire aussitôt sortis de l'école !
Fini, les cadences infernales !
Fini, les classes surchargées !
Fini, les enseignants stressés et mal considérés par leur hiérarchie !
Fini, les enseignements livresques et théoriques ! 
Fini, les terrains de jeux et les cours extérieures bitumées, froides, tristes, sans arbres ni herbes folles !
 Fini, les rechignades et mal au ventre  des enfants les matins d'école !
Fini, leurs petits yeux fatigués !
FINI FINI FINI !
Du courage et  de la détermination, chacune en ayant à revendre, elles fondèrent un groupe solidaire et fort : LES ABEILLES VERTES.
 
 
Toutes sont d'accord pour constater que ces dernières décennies ont vu grandir une génération d’enfants bien particulière qui ne veut et ne peut absolument se contenter du monde obsolète que nous leur laissons et encore moins  du système éducatif logique et froid dans lequel ils ne s’épanouissent pas.
Même si, de par le monde, la voix des enfants a été entendue et que de nombreuses initiatives continuent de voir le jour, tout reste à faire.
Ces enfants viennent avec un savoir-faire abouti qu’ils n’auront de cesse de proposer à leur famille et à la société. Ils sont porteurs d’idées et concepts évolutionnaires pour notre humanité et, si nous prenons la peine de les écouter et les entendre, nous pourrons découvrir leur grand talent créatif.
Pour toutes ces raisons, à nous, adultes, il incombe de les accueillir,  les entendre et les accompagner dans la mise en place de leurs projets. A nous de redéfinir nos institutions, nos écoles, tout ce qui touche les jeunes; créer les structures officielles dont ils ont besoin, implanter des ateliers innovants, créer des entreprises, leur faire administrer nos bureaux d’étude.
Les Abeilles Vertes se concertèrent pour « plancher » sur une école largement ouverte à tous les enfants, chacun accueilli dans sa différence, et s'accaparèrent cette belle phrase provenant d'une tribu d'Afrique du Sud :
 
« Si un enfant naît différent,
 C’est qu'il a quelque chose de différent à faire ».
 
 
DE NOUVELLES ECOLES POUR UNE NOUVELLE GENERATION
 
 
Le choix de la Technique Freinet : en constante évolution
 
Elle permet, dès le plus jeune âge, de débattre en groupe, interroger, observer en silence, émettre ses propres hypothèses, les partager avec les autres, selon le désir et la spécificité de chaque enfant, chaque fois avec plaisir,
Elle favorise l’esprit d'invention, la communication, l'implication, le dialogue, le respect mutuel, la collaboration, permettant au jeune d'acquérir ainsi confiance en soi et en ses possibilités de progresser par lui-même,
Elle permet aux enfants de choisir, à différents moments de la journée, le travail coopératif ou l'organisation individuelle,
Elle permet que chaque enfant puisse prendre la parole et exprimer sa vision personnelle sur tous sujets,
Elle s’appuie sur la compréhension beaucoup plus que sur la mémorisation,
Elle permet d'allumer le désir  spontané d'apprendre par l'émulation plutôt que par la compétition,
Elle ne classe ni ne note,
Elle a une vision large  tournée vers le monde extérieur,
Elle conduit chaque enfant au respect de soi, à la dignité,
Toutes ces pratiques développent la personne, rendent les enfants responsables, entreprenants, autonomes, curieux, capables d'autodiscipline et surtout, optimistes, ayant foi et espoir en la Vie.
 
 
Ces écoles ont pour objectif l’acceptation des enfants dans ce qu’ils sont, avec leurs différences. Accueillis dans un cadre de vie en pleine nature par des maîtres exemplaires, formés à la technique d’apprentissage Freinet, ces jeunes s'y s’épanouissent en toute quiétude.
 
A leur disposition selon les lieux :
 
-     Une ferme, un potager que les enfants gèrent sous forme de coopérative,
-     Un centre multimédia où livres et nouvelles technologies sont tout à fait complémentaires,
-     Une miellerie,
-     Un espace créatif pour tous les arts,
-     Une cantine auto gérée,
-     Des ateliers de pratiques manuelles – savoir-faire ancien et d'avant garde, accueillant des personnes de tous âges voulant partager avec les jeunes leurs talents et expériences en tous domaines.
-     Et bien d'autres éléments spécifiques à chaque projet.
 
Les jeunes observent et expérimentent par eux-mêmes entourés d'enseignants patients et à l'écoute créant ainsi une ambiance sécurisée à la fois sereine et joyeuse pour tous.
 
Il serait réducteur de résumer ce magnifique projet par ces quelques lignes,
Aussi,
Si vous souhaitez contribuer à son émergence,
De quelque façon que ce soit,
Nous vous invitons à nous rejoindre.
 
Ne dit-on pas que l'union fait la force ?
 
Vous êtes intéressés ? Merci de contacter les Abeilles Vertes
 
 
Magda-Rita MAFFEZZOLI :
                0613951771 (sms)
 mafejolie@gmail.com   Skype : mafejolie
 
Françoise DIEU :
                061319772
dieufrancoise@gmail.com Skype : francoisedieu
 
Emmanuelle TEMPLE :
                0663853418 
emmatemple@aol.com  Skype : emmanuelletemple
Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article

Présentation

  • : les enfants de la nouvelle terre
  • les enfants de la nouvelle terre
  • : Ce congrès consacré aux jeunes et à leur planète se veut positif. Il y sera démontré que seuls une prise de conscience générale et une volonté d'intégrer de nouveaux concepts (autant dans le domaine de la santé que dans celui de l'agriculture) feront basculer l'avenir de l'Homme et sa planète. La santé globale des jeunes préoccupe : Asthme, allergies à de nombreuses substances, diabète, surpoids. Pourquoi autant d'autistes ...
  • Contact

et si c'était autre chose

 

proverbe africain

Quand un enfant nait différent, c'est qu'il a quelque chose de différent à faire

Dr Françoise Berthoud

Que nous soyons
thérapeutes, enseignants
ou simples observateurs de la société,
nous savons
que les troubles du comportement de l'enfant
sont un défi dans beaucoup de familles.
 
Quant à l'autisme,
il s'agit d'une véritable révolution
dans la compréhension de son origine
et de sa fréquence.
 
Dr Françoise Berthoud

Texte Libre

Nouvelle Terre

image-nouvelle-terre-2-.jpg