Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 09:04

Bonjour à tous,

Après avoir lu cet article, je me félicite d'avoir toujours et encore suivi l'exemple de ma mère qui, été comme hiver, ouvrait toutes les fenêtres de la maison, dès le matin, pour en chasser les miasme, disait-elle.

Je vous transmets l'excellent article de Xavier BAZIN.

Bonne lecture !

Alerte pollution… chez vous, dans votre salon !

Florence Williams était en train d’allaiter son deuxième enfant lorsque ses yeux se sont arrêtés sur un article sur les substances toxiques retrouvées dans le lait maternel.

Immédiatement, cette journaliste s’est rendue dans un laboratoire pour tester son propre lait. Les résultats l’ont tellement traumatisée qu’elle en a publié un livre au retentissement mondial : Seins : une histoire naturelle et anti-naturelle.

Phatlates, bisphénols, métaux lourds, pesticides, parabènes et autres perturbateurs endocriniens… Cette cascade de produits chimiques dangereux trouvés dans son lait maternel était transmise à son nouveau-né, bien malgré elle.

Mais ce qui l’a le plus secouée, c’est que ses seins contenaient des polluants provenant de ses meubles et produits ménagers.

Son laboratoire a décelé en particulier des doses élevées de « retardateurs de flamme » ! Ce sont des produits chimiques dont les industriels recouvrent la plupart des tapis, fauteuils et canapés, pour réduire les risques d’incendie. Mais ce sont aussi, on va le voir, des poisons cancérigènes et pertubateurs de la thyroïde.

Je précise tout de suite qu’il n’est pas dangereux d’allaiter, bien au contraire. Même un peu contaminé, le lait maternel reste infiniment supérieur aux laits industriels, notamment pour le système immunitaire de l’enfant.

Mais l’histoire de Florence montre que nos foyers sont gravement pollués… à notre insu !

Je suis convaincu que vous n’imaginez pas à quel point la situation est préoccupante, et c’est pourquoi je vous ai préparé cette lettre avec soin.

Evidemment, c’est un tout petit peu déprimant, mais vous devez savoir à quoi vous en tenir – et vous verrez, il existe des trucs très simples pour éviter ces poisons.

 

900 substances chimiques dans votre maison

Attention, d’abord, à l’air que vous respirez chez vous. Si vous êtes négligent sur ce point, vous vous donnez toutes les chances de vous rendre malade. Et je ne parle pas des « simples » irritations des yeux, du nez ou de la peau, mais de pathologies beaucoup plus sérieuses.

Car l’air intérieur (chez vous) est toujours plus pollué que l’air extérieur, même si vous habitez en centre-ville ! C’est un fait reconnu par les autorités de santé de tous les pays occidentaux : on trouve dans les logements modernes de 2 à 10 fois plus de composés organiques volatiles (COV) qu’en plein air. [1]

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, la pollution de l’air intérieur est responsable d’environ 2 millions de décès prématurés.

On l’oublie un peu vite parce que l’on se focalise sur le gaz noirâtre des pots d’échappement. Pourtant, en pleine « alerte pollution », il sera toujours moins risqué de sortir vous promener à l’extérieur que de rester barricadé chez vous sans aérer.

Au total, d’après les médecins de l’Association Santé Environnement France, on ne recense pas moins de 900 substances chimiques dans les logements français . Et le plus inquiétant est que pour la plupart d’entre elles, on ignore tout de leur effet sur notre santé. [2]

Mais voici les poisons que l’on connaît bien et dont vous devez le plus vous méfier.

 

Du formaldéhyde cancérigène dans vos meubles en bois (Ikéa, etc.)

Grâce à l’action courageuse du Professeur Joyeux, des centaines de milliers de Français savent désormais qu’on trouve dans le vaccin DTPolio des traces de « formaldéhyde », une substance classée comme « cancérigène certain » par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Mais ce qu’on sait moins, c’est que nous sommes tous exposés à ce poison à des doses infiniment plus importantes chez nous, dans l’air que nous respirons.

Car le formaldéhyde est un gaz très volatil. Lorsqu’un meuble en contient, il imprègne rapidement l’air ambiant et se retrouve en contact avec les yeux ou le nez.

Il risque alors de provoquer de l’asthme et des allergies [3], mais aussi des cancers, en particulier du nasopharynx [4]. Il est aussi soupçonné de provoquer des troubles neurologiques comme de la fatigue inhabituelle, des angoisses, migraines, nausées ou vertiges.

Vous ne pouvez pas échapper au formaldéhyde si vos meubles sont en bois aggloméré (contreplaqué) : il est utilisé pour coller les petits débris entre eux. Mais même les meubles en bois massifs ne sont pas toujours épargnés, car le formaldéhyde est aussi utilisé dans de nombreuses colles, vernis et peintures.

Et les meubles IKEA ? Ils contiennent bien du formaldéhyde, même si cette enseigne fait des efforts pour en réduire la quantité (si l’on en croit leur communication officielle, elle serait inférieure de 50 % en dessous du seuil imposé par la loi).

Les lits pour bébé ne font pas exception : quelle que soit leur marque, on y trouve des quantités de formaldéhyde inquiétantes [5], alors que les nourrissons y passent près de 20 heures par jour !

Même le matelas sur lequel vous dormez peut en contenir s’il provient de pays asiatiques. Et si ce n’est pas le cas, vous n’échapperez pas à cet autre poison que sont les retardateurs de flamme.

 

Des « retardateurs de flamme » sur votre matelas, votre canapé et vos rideaux

Tout a commencé en 1975, quand la Californie a décidé d’édicter les règles strictes contre les incendies. Cet Etat américain a alors contraint les industriels à mettre des « retardateurs de flamme » partout : dans la literie, la moquette, les tapis, les canapés, les fauteuils, les appareils électroniques, et même les pyjamas pour enfant et les tables à langer…

Difficile de trouver meilleure illustration de « bonnes intentions » ayant créé un « enfer ». Car des années après, on a appris que de certaines de ces molécules étaient cancérigènes, neurotoxiques et perturbateurs de la thyroïde. Mais il était trop tard.

La Californie a fait machine arrière en novembre 2013 en abrogeant sa réglementation, mais le mal était fait : les retardateurs de flamme sont désormais utilisés par les industriels du monde entier.

Les plus toxiques (les retardateurs de flamme « bromés », ou PBDE) ont été interdits dans les années 2000, mais nous continuons de les inhaler quotidiennement dans la poussière relarguée par les vieilles moquettes, ou vieux canapés.

D’autres retardateurs de flamme (les « chlorés ») continuent d’être utilisés dans nos meubles, télévisions et ordinateurs, alors que la Californie, bien placée pour en connaître les ravages, les considèrent désormais comme des cancérigènes « certains ».

Au total, une étude datant de 2012 a révélé la présence massive de ces retardateurs de flamme dans la poussière de nombreuses habitations. La conclusion des chercheurs est glaçante :

« Notre étude montre que les gens sont exposés quotidiennement à des retardateurs de flamme toxiques. Ces produits chimiques se retrouvent dans l’air que nous respirons et dans les lits sur lesquels nous dormons. Beaucoup de retardateurs de flamme posent des questions de santé publique, y compris concernant le cancer, les déséquilibres hormonaux et des effets néfastes sur le développement du cerveau.« [6]

Et le pire, c’est que ces substances chimiques n’ont probablement jamais évité le moindre incendie !

C’est ce que conclut l’agence nationale de sécurité alimentaire (ANSES) dans un rapport : leur capacité à protéger protection contre les incendies est tout sauf vérifiée (alors que leur risque pour la santé, lui, est bien réel). [7]

 

Un tsunami chimique dans vos nettoyants « multi-usages »

Mais le pire des poisons se trouve probablement dans vos placards, dans les produits que vous utilisez pour faire le ménage.

On savait que l’asthme frappe beaucoup plus les femmes de ménage et les infirmières (qui nettoient les instruments médicaux) que les autres professions.

Mais le risque le plus préoccupant est le cancer.

Dans une étude publiée en 2010, des scientifiques ont interrogé 787 femmes du Massachussets (USA) qui avaient été frappées d’un cancer du sein entre 1988 et 1995, et 721 femmes qui ne l’avaient pas été. [8]

Leur conclusion est sans appel : le risque de développer un cancer du sein est multiplié par deux chez les femmes qui utilisent le plus de produits d’entretien !

Les pires poisons se trouvent dans les détergents classiques, les produits de nettoyage courants ou « multi-usages ». Neuf fois sur dix, ils contiennent du formaldéhyde. Telle est la conclusion d’une étude de l’INERIS en 2013, qui a testé les 54 produits de nettoyage les plus utilisés par les Français. [9]

Il faut particulièrement se méfier des sprays et vaporisateurs (comme les détartrants ou décapants pour four). Propulsées dans l’air, les molécules chimiques se retrouvent beaucoup plus facilement dans nos poumons.

Attention aussi aux lave-vitres classiques. Les femmes enceintes doivent impérativement les éviter parce qu’ils contiennent des « éthers de glycols », responsable de malformations du bébé . Des éthers de glycol que l’on trouve également dans les dégraissants et liquide vaisselles…

 

Que fait la police (de la santé) ??

Mais pourquoi les autorités nous laissent-elles prendre le risque de nous empoisonner à petit feu ?

D’abord parce que l’interdiction de toutes ces molécules aurait un coût extravagant.

Le formaldéhyde (pour ne parler que de lui), est une substance dont raffolent les industriels car il est extrêmement efficace, facile à utiliser et… bon marché. S’ils devaient s’en priver totalement, le prix de beaucoup de nos produits et équipements augmenterait brutalement !

L’autre problème est qu’il est toujours très difficile de prouver avec certitude la toxicité d’une substance chimique. En toute rigueur scientifique, il faudrait la faire ingérer pendant 40 ans à des cobayes et comparer leur état de santé à un autre groupe comparable. Inutile de préciser que cela ne se fera jamais, et tant mieux !

On doit donc se résoudre à faire confiance à des études forcément imparfaites : des tests sur des animaux, des observations sur des professions plus ou moins exposées, des extrapolations dans le temps…

La preuve ultime est toujours difficile à apporter, même lorsque tous les signaux d’alerte pointent dans la même direction. C’est ainsi qu’il a fallu des décennies pour admettre officiellement l’effet cancérigène du tabac et de l’amiante.

Dans le doute, les autorités de santé se contentent généralement de fixer de « seuils » minimums pour chaque poison manifeste. C’est mieux que rien, mais cela ne suffit pas.

Car une même personne est exposée à des dizaines de poison en même temps. C’est ce qu’on appelle « l’effet cocktail », dont les conséquences sont impossibles à anticiper ! Et je ne parle pas des nourrisons, infiniment plus vulnérables que les adultes et qui doivent être protégés au maximum.

Vous en êtes donc réduit à devoir vous informer et agir par vous-même. Voici ce que le principe de précaution et le bon sens suggèrent :

Mes 4 recommandations pour respirer chez soi en toute sérénité

Contre la pollution intérieure, il n’y a que deux solutions : retourner vivre dans une grotte, comme au paléolithique. Ou, un peu moins efficace, vider intégralement votre maison et n’y réinstaller que des meubles, fournitures et produits 100 % bio et naturels.

Non, je plaisante bien sûr. Il faut être réaliste… et fort heureusement, on peut réduire considérablement son exposition aux polluants par des mesures simples et peut coûteuses.

 

1. Aérez, aérez, aérez !

C’est tout bête, mais c’est de loin le geste le plus efficace pour vous protéger de tous les composés volatils emprisonnés dans votre foyer. Aérez tous les jours pendant au minimum 15 minutes, de préférence le matin tôt et le soir tard si vous habitez dans un centre ville pollué.

Aérez quand vous faite le ménage, la cuisine ou des travaux. Si vous faites du sport chez vous, aérez avant et pendant votre séance (car c’est le moment où vous respirez à pleins poumons).

Si possible, aérez vos meubles et fournitures à l’extérieur avant de les installer (surtout les meubles et jouets pour bébé !). Si vous avez un garage, laissez-les y « dégazer » pendant quelques semaines.

Pensez à nettoyez vos VMC (ventilations mécaniques contrôlées) si vous en avez, tous les trimestres, sans faute.

Ce n’est pas une obligation, mais si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez vous procurer un purificateur d’air (avec filtre HEPA). En tout cas, ne comptez pas sur les plantes dites « dépolluantes » : verdir votre foyer est une excellente idée, mais totalement inutile pour vous protéger des fameux composés organiques volatils !

Et vérifiez le taux d’humidité de votre intérieur, car l’humidité accroît les émissions de formaldéhyde. Achetez un « hygromètre » et maintenez un taux d’humidité de 50 % maximum l’été et de 30 à 40 % l’hiver.

 

2. Prudence avec vos meubles

Prenez quelques minutes pour inspecter vos tapis, moquettes, matelas, canapés, contreplaqués et meubles contenant de la mousse. S’ils sont usés et que vous songiez à les remplacer, n’hésitez plus une seule seconde. S’ils datent d’avant 2004, ils risquent en plus de contenir et d’émettre les retardateurs de flamme les plus toxiques (les PBDE).

Lorsque vous achetez de nouveaux meubles (matelas, etc), demandez expressément au fabriquant leur teneur en formaldéhyde et retardateur de flamme. De façon générale, préférez dans vos achats les matières les moins inflammables comme la laine, le cuir et le coton.

Et parce que les polluants se concentrent dans la poussière, veillez à ce que votre aspirateur ait un filtre HEPA de type H13 à H14, surtout si vous avez de la moquette.

 

3. Faites le ménage avec des produits bio ou naturels

La bonne nouvelle, c’est que les nettoyants bio ne sont pas plus chers que les nettoyants classiques. Alors profitez-en, et débarrassez-vous vite de tous vos produits détergents, dégraissants et lave-vitres non bio.

Faites confiance aux labels reconnus, comme l’Ecolabel européen (une petite fleur bleu et verte dont les douze pétales sont en étoile) ou le label NF Environnement. Parmi les marques fiables que l’on trouve un peu partout, je signale Rainett et L’arbre vert (je précise que je n’ai évidemment aucun lien d’intérêt :-)).

Et si vous avez le temps, faites comme vos grands-mères : fabriquez-vous même vos produits d’entretien en utilisant du vinaigre blanc, du savon noir, du bicarbonate de soude et des huiles essentielles. C’est assez simple, économique et leur efficacité est plutôt supérieure aux produits industriels !

 

4. Éliminez les polluants de votre organisme

Enfin, n’oubliez pas que votre organisme devra de toute façon éliminer une masse de polluants auxquels il ne peut échapper – à moins de vivre dans une grotte !

Et pour cela, rien de mieux que de consommer plus de végétaux, qui contiennent tous les nutriments protecteurs : antioxydants, détoxifiants (surtout les crucifères), anti-inflammatoires, etc. Ne lésinez pas sur les super aliments comme l’ail, l’oignon et le curcuma. Consommez du thé vert matcha, et des baies rouges et noires.

Pensez aussi à éliminer les polluants de votre organisme par l’activité sportive et la transpiration (une séance de sauna est aussi une excellente détox).

Voilà, vous pouvez respirez. Sereinement.

Bonne santé !

Xavier Bazin

 
Repost 0
Published by MagdaRita
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 17:02

D’une façon récurrente, des femmes en préparation d’accouchement viennent à moi pour se plaindre du barrage brutal des instances médicales face à leur demande de récupérer deux petits cubes de leur placenta (dimension « vache qui rit »), prétendant que c’est interdit par la loi. Ces gens répètent comme des perroquets les mensonges en cascade venant d’en haut, mais n’ont jamais rien vérifié depuis le changement de 2011.

Rappel pour celles qui ne sont pas au courant

J'ai déjà abordé ce sujet dans cet article, paru en 2014, mais pour celles qui ne l'ont pas en tête, voici ce qu'il faut savoir.

Toutes les femelles des mammifères même herbivores mangent leur placenta après avoir mis bas. Dans les civilisations antiques (Indes, Amérique du sud…) les femmes absorbaient et prennent encore de leur placenta sous forme calcinée (spagyrie). Mais la grande médecine s’est appliquée à faire oublier cela, tant les effets sont extraordinaires. Entre les deux guerres, l’homéopathie a réintroduit ce précieux procédé naturel sous forme d’auto-iso pour le rétablissement rapide de l’accouchée et éventuellement pour le bébé en cas de maladie grave.

Mais dans les années 2000, la loi a interdit toutes les fabrications d’auto-iso pour de fausses raisons sanitaires (trop efficaces !). Devant la demande, j'ai expliqué dans mon livre : « Homéopathie courante par vous-même » comment élaborer simplement en 9ième Korsakov son iso-placenta, entre autres. Mais la guerre n’était pas finie car les femmes se voyaient de plus en plus souvent refuser en clinique le moindre petit morceau de leur placenta (sur les 500g éjectés !), alors que tout le monde sait que les milliers de placentas sont récupérés (gratuitement) à des fins pharmaceutiques.


Mais la loi a changé en juillet 2011

Elle dit que les "cellules du sang de cordon et du sang placentaire ainsi que les cellules du cordon et du placenta". ne sont plus considérées comme un déchet opératoire et devraient donc bénéficier de l’Article L.1211-2 du CSP qui dit :
« Les prélèvements d’éléments du corps humain et la collecte de ses produits, pour quelque finalité que ce soit, ne peuvent être pratiqués sans le consentement du donneur ».
En effet, en tant que résidu opératoire, depuis 2004, le placenta n’était apparemment pas soumis à cet article du CSP. Maintenant, la loi exclut des dispositions du code de la santé publique relatives aux déchets opératoires les "cellules du sang de cordon et du sang placentaire ainsi que les cellules du cordon et du placenta".


Pour entrer dans les détails  (Loi N° 2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique)

Article 18
Le titre IV du livre II de la première partie du code de la santé publique est ainsi modifié :
1° L'article L. 1241-1 est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Le prélèvement de cellules hématopoïétiques du sang de cordon et du sang placentaire ainsi que de cellules du cordon et du placenta ne peut être effectué qu'à des fins scientifiques ou thérapeutiques, en vue d'un don anonyme et gratuit, et à la condition que la femme, durant sa grossesse, ait donné son consentement par écrit au prélèvement et à l'utilisation de ces cellules, après avoir reçu une information sur les finalités de cette utilisation. Ce consentement est révocable sans forme et à tout moment tant que le prélèvement n'est pas intervenu.
Par dérogation, le don peut être dédié à l'enfant né ou aux frères ou sœurs de cet enfant en cas de nécessité thérapeutique avérée et dûment justifiée lors du prélèvement. »
2° Le dernier alinéa de l'article L. 1243-2 est ainsi rédigé :
« Seules peuvent être préparées, conservées, distribuées ou cédées les cellules du sang de cordon et du sang placentaire ainsi que les cellules du cordon et du placenta prélevées dans les conditions mentionnées au dernier alinéa de l'article L. 1241-1. Chacun de ces établissements consacre une part de son stockage au don dédié mentionné à ce même dernier alinéa. » ;
3° Au premier alinéa de l'article L. 1245-2, les mots : « ainsi que le placenta » sont remplacés par les mots : « à l'exception des cellules du sang de cordon et du sang placentaire ainsi que des cellules du cordon et du placenta, ».


Et pour  être encore plus clair

Donc, mesdames, on n’a plus le droit de refuser de vous donner un morceau de votre placenta après votre accouchement, car il est enfin reconnu vous appartenir de plein droit. Faites-le savoir haut et fort ! Et mettez l’article 18 de 2011 ci-dessus sous le nez de ceux qui continuent à vous interdire d'en profiter.

Sinon, que faire en cas de blocage

Il restera malgré tout des personnes qui resteront sourdes à tous vos arguments, aussi fondés soient-ils. Alors que faire ?


 

  • Première solution : changer de clinique.
  • Deuxième solution : Organiser un accouchement à la maison avec une sage –femme. Cela se fait beaucoup dans les pays nordiques et l’ambiance est beaucoup plus sympa que dans ces usines à accoucher où les médecins sont à l’affût des occasions pour effectuer des césariennes justifiées ou pas (mais plus rentables…) – En cas de gros problème, on appelle le SAMU de la maison plutôt que de la clinique, c’est tout.
  • Troisième solution : aller accoucher en dehors des frontières dans des pays moins corrompus


Tout cela se prépare d’avance – il faut savoir ce qu’on veut : on se soumet ou on résiste !
 

Michel Dogna

PS : Pour tout savoir sur l’élaboration et les applications étonnantes du placenta :
lisez l'ouvrage de Michel Dogna « Prenez en main votre santé tome 2 » – Ed. Guy Trédaniel
Ou « Homéopathie courante par vous-même » - Ed Guy Trédaniel

Repost 0
Published by MagdaRita - dans SANTE bien-être
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 18:47

Cannabis à l'adolescence : anomalies cérébrales et capacités de mémoire réduites.

 

La consommation quotidienne de cannabis à l'adolescence est liée à des anomalies dans la forme de l'hippocampe du cerveau et des résultats inférieurs à des tests de mémoire au début de l'âge adulte, montre une étude publiée dans la revue Hippocampus.

L'hippocampe est important pour la mémoire épisodique(ou mémoire autobiographique) qui est la mémoire à long terme des événements de la vie.

Matthew J. Smith et John Csernansky de l'Université Northwestern ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 97 adultes au début de la vingtaine qui avaient commencé à consommer du cannabis à 16 ou 17 ans, avaient consommé quotidiennement pendant environ 3 ans et avaient cessé depuis environ 2 ans. Ils n'avaient pas consommé d'autres drogues que le cannabis.

Les participants se divisaient en 4 groupes : des adultes en santé ayant consommé du cannabis; un groupe de comparaison n'ayant jamais consommé de cannabis; un groupe de schizophrènes ayant consommé du cannabis; et un groupe de schizophrènes n'ayant jamais consommé de cannabis.

Le test de mémoire consistait à écouter une série d'histoires pendant environ 1 minute et à se rappeler autant de contenu possible 20 à 30 minutes plus tard. Le test évaluait les capacités d'encoder, d'emmagasiner et de se rappeler des détails.

Les participants en santé qui avaient consommé du cannabis avaient des résultats réduit de 18% au test de mémoire comparativement aux participants en santé n'en ayant jamais consommé. Plus ils avaient consommé longtemps, plus la forme de l'hippocampe était anormale. Les schizophrènes qui avaient consommé du cannabis avaient des capacités de mémoire réduites de 26% comparativement aux schizophrènes n'en ayant jamais consommé.

Des recherches précédentes de la même équipe ont aussi montré des performances réduites en ce qui concerne la mémoire à court terme et la mémoire de travail ainsi que des formes anormales de structures cérébrales dans le sous-cortex dont le striatum, le pallidum et le thalamus.

Repost 0
Published by MagdaRita - dans SANTE bien-être
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 12:39

Bonjour à tous,

Je vous transmets un courriel de Claire Polin, de SOS éducation et vous en laisse découvrir le contenu, C'est consternant !

Un grand merci à Claire Polin pour son implication !

Cependant, n'oublions pas que l'éducation continue dans les foyers. Mes enfants ne sont plus en âge scolaire et je m'aperçois qu'ils sont forts de ce qu'ils ont appris en dehors de l'école. Il est important de rendre nos enfants curieux de tout et d'alimenter leur curiosité, y compris sur les sujets les plus "extravagants". Important d'aborder tous les sujets avec eux, d'avoir des conversations profondes dès le plus jeune âge sans oublier la dérision... Leur expliquer le fonctionnement politique et social du pays où ils vivent, sans pour autant trop les imprégner de vos idées propres (exercice assez difficile).

anecdote : C'est le début des années 80, ma fille cadette a 7 ans. Notre voisin, prof de français nous rend une petite visite et est intrigué par qu'il voit et entend. Notre fille, très confortablement "vautrée" dans un gros fauteuil, chantant et riant en même temps qu'elle suit les paroles des chansons de Bobby Lapointe dernière la pochette du 33 tours.

Je montre alors au voisin prof que Bobby Lapointe côtoie Gotainer, Brassens, le Requiem de Mozart et Gershwin, sans oublier les fabulettes de Anne Sylvestre.

Notre ami prof a convenu que l'apprentissage de la langue française peut se faire aussi par ce véhicule.
Pour la lecture, idem !  Mon petit dernier, né en 90 étonne très souvent les plus anciens en citant certaines phrases cultes tirées de « Signé Furax ». Comme pour la musique, éclectisme total en lecture.

Magda


Chère amie, cher ami,

Je viens de passer la journée avec une équipe de jeunes professeurs membres de SOS Éducation à examiner les nouveaux manuels scolaires que les éditeurs envoient à tour de bras aux établissements pour répondre à la réforme des programmes scolaires.

C'est l'horreur. Je crois que jamais, au grand jamais, je n'avais vu une telle salade pédagogiste et des propositions d'exercices aussi consternantes.

Songez qu'on propose désormais aux élèves, en français, d'écrire du rap ou de répondre à des SMS de rupture : ‘’Cc c mwa, jcroi kon devré fer 1 brek’’. On leur demande en mathématique de compter des smileys et des "émoticônes". En physique, on les invite à s'intéresser à l'intensité du courant qui a électrocuté Claude François dans sa baignoire. Etc., etc.

La subversion idéologique est bien sûr partout sournoisement diffusée : ainsi, un manuel de 4ème propose un exercice de rédaction invitant à critiquer son enseignant en "contournant [sa] censure"... que recherche-t-on ainsi, sinon saper l'autorité et le prestige des professeurs ?

Les funestes "EPI" (Enseignements Pratiques Interdiciplinaires) ont fait leur apparition dans la quasi-totalité des ouvrages que j'ai parcourus. On y mélange tout et n'importe quoi, la progression est complètement atomisée, déstructurée... franchement, je plaignais de tout mon cœur ces jeunes enseignants qui se demandaient comment il allaient bien pouvoir faire cours avec ces manuels !

Mais le pire, c'est en histoire-géographie.

Comme on pouvait s'y attendre, la plupart des nouveaux manuels font quasiment l'impasse sur les pages glorieuses de l'histoire de France, pour s'attarder des chapitres entiers sur la culpabilisation mémorielle et la repentance. Pour eux, c'est simple : l'histoire de France, c'est l'esclavagisme au XVIIIème siècle, la colonisation au XIXème, et la collaboration au XXème.

Dans mon vieux Manuel Malet et Isaac, Louis XIV avait droit à presque 100 pages. Maintenant il n'en a plus que... 4 ! Et cela pour expliquer qu'il a ruiné le royaume !

Et certains éditeurs vont jusqu'à faire l'apologie de la ministre Najat Vallaud-Belkacem et de sa réforme du collège, en reproduisant la Une du quotidien socialiste Libération !

Heureusement, il y a quand même quelques bonnes surprises. Le manuel Terre des Lettres, par exemple, qui en français conserve un bon niveau d'exigence sans sacrifier à la mode du tout-pédago. Et en histoire, il y a bien sûr... le Nouveau Manuel d'Histoire publié par la Fondation Aristote avec La Martinière, et coordonné par l'historien Dimitri Casali, avec une belle préface d'un ancien ministre de l'éducation.

Ce manuel d'histoire qui couvre tout le niveau cycle 4 (5ème-4ème-3ème) est vraiment une bouée de sauvetage lancée aux professeurs en perdition dans la réforme du collège. Il présente une approche chronologique, qui tient compte du programme, mais qui complète aussi ses lacunes. Les illustrations sont splendides, les textes bien écrits, et surtout équilibrés dans leur perspective sur les événements historiques. Je viens de découvrir qu'un spécimen est intégralement consultable en ligne, et je vous invite vraiment à prendre le temps de le parcourir en cliquant sur cette image :

 

Comme vous le voyez, dans ce manuel, pas d'approche thématique éclatée, pas d'EPI, pas de jugements anachroniques sur les pages sombres du passé : mais des leçons solides, une maquette claire, et quelques exercices ludiques pour intéresser les élèves.

Si vous connaissez des professeurs d'histoire, il faut absolument leur faire connaître cet ouvrage ! Transférez-leur ce message sans plus attendre.

Une jeune enseignante enthousiasmée par cet ouvrage m'a confié : "Je crois que ce manuel d'histoire va devenir le symbole de la résistance à la réforme du collège..."

Si vous partagez cet avis, n'hésitez pas à transférer ce mail !

Avec toutes mes meilleures pensées,

Claire Polin
Présidente de SOS Éducation

Claire Polin de SOS Éducation <contact@e.soseducation.org>

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:45

Corneille écrivait fort justement dans LE CID :

"Aux âmes bien nées,

la valeur n'attend point le nombre des années"

 

Repost 0
Published by MagdaRita - dans STAGES 2016
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:14

Réseau pour l’école de la vie, réseau des écoles alternatives (inscription en bas de page)

Vous vous sentez sûrement isolé dans votre/vos démarches d’ouverture d’école ou tout simplement dans votre désir profond de vouloir faire avancer les choses pour l’éducation de nos enfants. Tout seul, on va plus vite; Ensemble, on va plus loin ! 

Nous constituons donc un réseau des écoles alternatives qui a pour vocation de fédérer et de rassembler tous les acteurs impliqués (directeurs d’établissements, enseignants, porteurs de projets et plus largement toutes personnes apportant de nouvelles perspectives dans le domaine de l’éducation) pour faire changer les choses et apporter des solutions alternatives.

Nous avons crée un FICHIER EN PARTAGE ICI sur lequel vous pouvez vous inscrire directement et une CARTE SUR GOOGLE MAP pour se trouver plus facilement.

Vous le savez sûrement, nous sommes reconnus depuis 12 ans pour être fédérateur et innovant dans les domaines du bien-être et du développement personnel mais aussi dans le domaine des voyages bien-être et éco-responsables. Les réseaux Neo-bienêtre et Neorizons touchent maintenant plus de 200 000 personnes tous les jours à travers le monde.

Vous êtes nombreuses et nombreux à vouloir apporter des solutions alternatives pour l’éducation de nos enfants, être en pleine réflexion ou depuis de nombreuses années, à avoir crée une école alternative dans votre département/région et aussi à nous écrire pour participer à notre projet d’ouverture d’une école de la vie.

Nous organisons des rencontres tous les 3 mois dans 17 villes auprès desquelles vous avez la possibilité de participer afin de nous rencontrer et de faire avancer les choses ensemble.

Nous organisons également un festival pour l’école de la vie tous les ans à Montpellier et à Paris fédérant des acteurs de la France entière sur 3 jours. Prochaine date du 23 au 25 septembre 2016 à Montpellier.

2ÈME FESTIVAL POUR L’ÉCOLE DE LA VIE  DU 23 AU 25 SEPTEMBRE 2016 AU CHÂTEAU DE FLAUGERGUES À MONTPELLIER (10MIN À PIED DU TRAM ODYSSEUM) 

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ECOLE EDUCATION
commenter cet article
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:05

Bonjour à tous,

Je sais... cet article ne vous apprend rien de nouveau, et pourtant ...

Conseils en nutrition

« Même les spécialistes de la nutrition n’insistent pas suffisamment sur la nécessité de bien mâcher la nourriture avant de l’avaler.

La bouche est comme une petite cuisine : avant de laisser descendre la nourriture dans l’estomac, il faut la préparer un peu dans cette cuisine, la faire cuire, l’assaisonner avec un peu d’huile… c’est-à-dire de salive, et c’est le travail de certaines glandes, les glandes salivaires justement. Il est donc conseillé de mastiquer les aliments jusqu’à ce qu’ils deviennent presque liquides. Si on les avale sans les mâcher suffisamment, l’estomac qui les reçoit pour les transformer doit fournir un surcroît d’énergie.

Manger doit vous redonner de la vigueur. Pourquoi certaines personnes se sentent-elles fatiguées après les repas ? Parce qu’elles mangent mal. Quand on avale la nourriture sans l’avoir bien mâchée, elle est difficile à digérer, et comme l’organisme a beaucoup de peine à l’assimiler, on se sent fatigué. »


Omraam Mikhaël Aïvanhov

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ALIMENTATION
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 21:35
Autisme et Mercure

Michel Dogna écrit :

"Je vous soumets ici un tableau comparatif édifiant :

Symptômes de l’autisme chez les enfants :

Perte de la parole

Retrait social

Contact visuel réduit

Comportement répétitif

Battement des mains

Marche sur la pointe des pieds

Crises de colère

Troubles du sommeil

Convulsions

Symptômes de l’empoisonnement au mercure chez les enfants ?

Perte de la parole

Retrait social

Contact visuel réduit

Comportement répétitif

Battement des mains

Marche sur la pointe des pieds

Crises de colère

Troubles du sommeil

Convulsions

Ne trouvez-vous pas cela bizarre ?
Soit il s’agit d’une énorme coïncidence, soit c’est l’un des crimes les plus odieux contre l’humanité commis à l’échelle mondiale. Est-ce aussi une coïncidence si la montée exponentielle de l’autisme correspond à l’augmentation vaccinations dont on inonde les enfants ?
Le CDC américain a dit, il y a une dizaine d’années que le thiomersal (mercure) avait été retiré des vaccins. Or ceci est un mensonge éhonté car au moins trois des vaccins que reçoivent les enfants en contiennent.

Reprenons l’historique :
Dans les années 1950, début des années 1960, les taux d’autisme étaient pratiquement inexistants. Il s’agissait alors d’un peu plus d’un cas sur 20.000. La plupart des médecins n’avaient jamais vu un seul cas au cours de leur pratique. Certains n’avaient même jamais entendu le terme « autisme ».
A peine trois générations plus tard on enregistre des cas d’autisme chez 1 enfant sur 28. Ceci signifie que les cas d’autisme ont été en gros multipliés par 700  !!! Lorsque j’ai soulevé ce problème pour la première fois dans mon journal en 2007, je notais « L’autisme touche aujourd’hui un enfant sur 150 » - En 7 ans seulement, on est passé de 1 sur 150 à 1 sur 28 aux US !!! (En France on ne sait rien).
Quand cessera-t-on de parler de coïncidences ? Selon les pays, les enfants reçoivent de nos jours en tout une cinquantaine de vaccins… dont une partie mercurisés.

Comment le thiomersal est-il assimilé dans l’organisme ?
Il est décomposé par le corps de la manière suivante : d’abord transformé en méthylmercure toxique, il est ensuite transformé en mercure inorganique qui est la substance au monde la plus toxique, la plus meurtrière pour l’homme venant juste après les radiations ionisantes.
L’EPA (Environmental Protection Agency) a établi des normes maximales pour l’exposition au mercure… Tout dépassement de ce seuil est considéré gravement toxique. Or sachez que lorsqu’une femme enceinte donne son accord en toute confiance pour se faire vacciner contre la grippe, son fœtus dont la barrière hémato-encéphalique n’est pas encore formée, reçoit en rapport avec son poids (via le sang de sa mère) 2.500 fois la dose maximale de ce poison autorisée par l’EPA …

Mais il y a un autre problème :
Le norvégien Karl Reichelt a découvert que les enfants souffrant d’autisme régressif ne possédaient plus une enzyme particulière servant à digérer certaines protéines ; aussi retrouve t-on dans leur urine la présence de peptides opioïdes qui sont des protéines de type morphines.
Le blé ainsi que toutes les céréales à gluten, la protéine de lait de vache, la caséine, le soja et le maïs ne peuvent alors être digérés dans l’intestin grêle et fermentent (d’où ballonnements). C’est cette fermentation qui par une transformation biochimique aboutit à des peptides opioïdes.
La paroi de l’intestin grêle des enfants autistes est forcément perméable puisque l’on retrouve ces protéines non digérées dans leur urine, et en particulier celles de la classe des morphines.

On ne sait pas jusqu’ici ce qui lèse les entérocytes de l’intestin grêle dont le rôle est de ne laisser passer que des petites molécules ou des acides aminés, et en aucun cas des grosses protéines non digérées. Les protéines et les métaux se lient facilement ensemble, c’est le cas par exemple de l’hémoglobine faite d’une protéine qui s’est liée au fer.
Les morphines qui sont des très grosses molécules protéiniques qui ont une affinité particulière pour les métaux lourds, notamment le mercure… Noter que le mercure est lui naturellement attiré par  les graisses fines du système nerveux dans lesquelles il se solubilise ; les lieux de prédilection : le cerveau et les gaines de myéline des nerfs. Il est clair qu’il s’ensuit une destruction des neurones des sites touchés, ou des courts circuits entre eux… Et la forme solubilisée du couple mercure-morphine le rend difficile à déloger.

Il faut être conscient que les appareils politiques et médicaux sont complices de ce camouflage de la CDC qui ne peut être décrit que comme crime contre l’humanité, car c’est un malheur qui tombe non seulement sur les enfants dont la vie est cassée, mais aussi sur leurs familles qui doivent les prendre en charge durant de longues anneées : une véritable malédiction !
Mais la pyramide des robots malfaiteurs de la santé publique où chacun fait son petit travail pépère sans chercher à comprendre ce à quoi il contribue, est bien huilée, déresponsabilisée à tous les étages, juridiquement bien protégée. Entre la corruption aveugle en amont et la soumission naïve des parents victimes d’un formatage mensonger qui dure depuis plus d’un siècle, jusqu’à quelle limite cette médecine de Frankenstein pourra t-elle encore sévir avant que le peuple ne se réveille et dise enfin NON ?
Alors que faire quand le mal est fait ?
La médecine officielle n’a rien de sérieux à proposer. Par contre les médecines alternatives, si !.. avec succès partiel ou total selon la gravité de l’atteinte.

1 - D’abord, on ne pourra obtenir aucun résultat tangible et stable tant que l’on n’aura pas restauré l’intestin grêle. Pour ce faire, suppression impérative du gluten (comme céréales, il ne reste que le riz et le quinoa), du soja, et de tous les produits laitiers, cela au long cours – Le Régime Seignalet est très bien.

2 - Ensuite il faut s’attaquer au mercure :

EMX (Lab Hector 03 87 95 33 20) – 1 cuil à soupe lever  et coucher

Argent colloïdal 5 ou 10 ppm (Védamed 02 47 91 54 57 - Santé Bio Europe : https://www.sante-bio.eu/argent-colloidal-10-ppm/ ) –  1 cuil à café toutes les 3 heures – voir rens. sur le site www.micheldogna.fr - dans Remèdes d’exception puis appareils thérapeutiques.

DMSO à 70% - (www.Mineral-Solutions.net) - Application au roll-on sur l’abdomen  2 fois par jour.

Article paru dans le Contr'Infos n°38 de mars 2015

Repost 0
Published by MagdaRita - dans AUTISME ASPERGER
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 16:15

La peptidurie est une analyse qui recherche la présence de peptides opioïdes dans les urines du réveil. Ces peptides opioïdes ce sont des petites chaines de protéines du gluten ou de caséine qui n’ont été pas bien digérés et qui ont traversé la barrière de l’intestin et se trouvent dans les urines.

Habituellement, chez une personne en bonne santé, toutes les protéines, qui sont des polypeptides ou chaînes d’unités élémentaires appelés acides aminés, sont découpés en ces acides aminés par le système enzymatique pendant la digestion. Mais si les enzymes protéolytiques qui s’occupent de cette transformation, n’ont pas un fonctionnement correct, les protéines sont partiellement découpés en peptides, petites chaînes de quelques acides aminés.

Ces peptides traversent la paroi intestinale à cause d’un hyperperméabilité accru pathologique que existe dans la plupart de personnes à cause de plusieurs causes: stress, toxiques, médicaments, bactéries intestinales, réaction des anticorps de la muqueuse intestinal, exercice physique trop intense, perfusion ou jeunes prolongés, etc. La paroi intestinal ne devrait laisser passer que les unités alimentaires bien digérés (acides aminés, glucides, acides gras) et empêcher le passage des pathogènes et des aliments mal digérés, mais ne c’est pas le cas si existe une perméabilité augmenté. Comme résultat, on trouve de peptides issues du gluten et de la caséine dans le torrent sanguin.

Ces peptides issues du gluten et du lait ont un effet sur les neurones. On les appelle peptides opioïdes parce que ils altèrent le fonctionnement du cerveau à niveau des neurotransmetteurs, en se fixant au récepteurs et empêchant la bonne transmission de la dopamine, sérotonine et noradrénaline au espace synaptique. Cette effet se laisse sentir en première lieu dans le même intestin, car les neurones qui existent là (l’intestin est notre deuxième cerveau avec 100 millions de neurones) s’y trouvent touchés. Mais si la personne a été intoxiqué par les métaux lourds la barrière hemato-encéphalique est endommagé, et les peptides vont arriver au cerveau et produire ces maladies neurologiques et les troubles du comportement.

Une autre effet des peptides opioïdes est l’altération du système immunitaire, parce que les globules blancs ont aussi des récepteurs pour ces peptides et ils sont affaiblies, de façon que les défenses immunitaires des enfants avec ces problèmes dont habituellement aussi faibles.

Le régime d’exclusion du gluten et caséine a démontré son efficacité pour traiter les enfants avec maladies neurologiques et troubles du comportement. Cette diète doit être accompagné d’un traitement pour rétablir la flore intestinale et la hyper-perméabilité intestinale. Aussi il faut habituellement prendre des compléments en vitamines, minéraux et acides gras, selon les carences que les analyses indiquent.

Le laboratoire MGD à Genève et le laboratoire du Dr. Nataf à Paris réalisent le test de la Peptidure ainsi que les taux de vitamines, minéraux et acides gras. Le laboratoire Berthet est spécialisé en Microbiologie intestinale.
 


Les troubles du comportement et plusieurs maladies neurologiques ont comme origine une intolérance aux gluten du céréales et à la caséine du lait, selon les étudies de recherche réalisés par le professeur Karl Reichelt, de l’université d’Oslo.

Autisme, schizophrénie, épilepsie, TICs et TOCS, TDAH, dyslexie, problèmes scolaires, dépression... nombreuses maladies qui touchent de plus en plus nos enfants peuvent être causés par une intolérance aux gluten et caséine. Grâce à l’analyse de la Peptidurie, mis au point par le professeur Karl Reichelt, maintenant on peut savoir si le gluten et caséine qu’on mange interfère le bon fonctionnement du cerveaux. De quoi s’agit le test de la Peptidurie?

Repost 0
Published by MagdaRita - dans ALIMENTATION
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 12:30

Bonjour,

De nos jours, de plus en plus de familles se trouvent démunies lorsque leur enfant est diagnostiqué : autiste, hyper-actif ou hypo-actif etc...

Je viens de tomber sur un pépite en le cas de ELKE AROD et je souhaite que toutes les personnes vivant cette problématique aient accès à ces informations - ce qui permettrait à tant d'enfants de vivre dans une normalité enfin retrouvée.

Magda

Repost 0
Published by MagdaRita - dans AUTISME ASPERGER
commenter cet article

Présentation

  • : les enfants de la nouvelle terre
  • les enfants de la nouvelle terre
  • : Ce congrès consacré aux jeunes et à leur planète se veut positif. Il y sera démontré que seuls une prise de conscience générale et une volonté d'intégrer de nouveaux concepts (autant dans le domaine de la santé que dans celui de l'agriculture) feront basculer l'avenir de l'Homme et sa planète. La santé globale des jeunes préoccupe : Asthme, allergies à de nombreuses substances, diabète, surpoids. Pourquoi autant d'autistes ...
  • Contact

et si c'était autre chose

 

Texte Libre

Texte Libre

Texte Libre

Nouvelle Terre

image-nouvelle-terre-2-.jpg